Lettre au chancelier

Lettre de William Wimmer au chancelier Schroeder (2000) Très estimé Monsieur le Chancelier, À la fin de la semaine dernière, j’ai pu assister à une conférence dans la capitale slovaque Bratislava, organisée conjointement par le Département américain des affaires étrangères et l’American Enterprise Institute (institut de politique étrangère du Parti républicain). Les principaux thèmes de l’événement étaient les Balkans et l’élargissement de l’OTAN. Des représentants politiques de haut rang ont assisté à la conférence, comme en témoigne la présence d’un grand nombre de Premiers ministres, ainsi que des ministres des Affaires étrangères et de la Défense de la région. Parmi les nombreux points importants abordés, certains des sujets méritent d’être soulignés en particulier:

1. Les organisateurs de la Conférence ont exigé que la reconnaissance internationale de l’Etat indépendant du Kosovo se fasse le plus rapidement possible dans le cercle des Etats alliés.

2. Les organisateurs ont déclaré que la RF de Yougoslavie est en dehors de tout ordre juridique, et surtout en dehors du Document final d’Helsinki.

3. L’ordre juridique européen constitue un obstacle à la mise en œuvre des plans de l’OTAN. En ce sens, l’ordre juridique américain est beaucoup plus adapté à la mise en œuvre en Europe.

4 . La guerre contre la RF de Yougoslavie a été menée pour corriger la mauvaise décision du général Eisenhower pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour des raisons stratégiques, les troupes américaines doivent y être stationnées pour compenser ce qui a été manqué en 1945.

5 . Les alliés européens ont participé à la guerre contre la Yougoslavie, afin de surmonter de facto l’obstacle et le dilemme qui se sont posés après l’adoption du « Nouveau concept stratégique » de l’Alliance en avril 1999, c’est-à-dire les efforts des Européens pour obtenir préalablement un mandat de l’ONU ou de l’OSCE.

6 . Sans diminuer l’importance de l’interprétation légaliste ultérieure des Européens, à savoir que, lors de l’extension des tâches de l’OTAN au-delà des frontières de la zone juridiquement convenue dans la guerre contre la Yougoslavie, il n’était qu’une exception, il est clair qu’il s’agit d’un précédent que n’importe qui peut invoquer à tout moment, et tant de gens agiront à l’avenir.

7 . Au cours de l’expansion actuelle de l’OTAN, la situation territoriale de la mer Baltique à l’Anatolie, telle qu’elle existait à l’époque de l’Empire romain, alors qu’elle était à l’apogée de sa puissance et occupait la plus grande étendue territoriale, devrait être restaurée.

8. Par conséquent, la Pologne doit être entourée du nord et du sud par des États démocratiques voisins, et la Roumanie et la Bulgarie doivent fournir une connexion terrestre avec la Turquie. La Serbie (probablement dans le but d’assurer une présence militaire américaine sans entrave) doit être définitivement exclue du développement européen.

9. Au nord de la Pologne, un contrôle complet des approches de Saint-Pétersbourg vers la mer Baltique devrait être exercé.

10 . Dans tout processus, le droit des peuples à l’autodétermination devrait avoir la priorité sur toutes les autres dispositions ou règles du droit international.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s