UKRAINE

UKRAINE (= marche frontalière)
« L’UE n’est pas à la tables de négociation entre l’EUA et la Russie
– elle est sur cette table »,
Pascal Boniface
L’Ukraine est l’enjeux d’un rapport de forces géopolitiques à trois – entre les EUA (avec l’UE), et la Russie – sans oublier l’implication essentielle de l’OTAN en tant que bras armée de l’Alliance de l’Atlantique du nord.
Un bras armée qui d’alliance défensive se transforme de plus en plus en instrument de guerre et d’agression armée contre les États membres de l’ONU – Yougoslavie, Irak, Afghanistan, Lybie, Syrie, pour les plus connus – sans mandat de l’ONU et au mépris du droit international. Sans reculer devant le démantèlement des pays souverains au prix d’agression de guerre asymétrique et a plus grande échelle, afin de créer des protectorats et des bases militaires (plus de 800 dans 80 pays). Le référendum en Crimée n’a pas été reconnu par les pays occidentaux, alors que la sécession du Kosovo n’a pas eu recours au référendum – à l’image de la démonstration de force de l’OTAN.
Le boycott des jeux olympiques de Sotchi en 2014 et en Chine symbolise le revers d’un rapport de force imposé par l’hégémonie occidentale, avec un soft power durcissant à fur et à la mesure que la résistance à la globalisation unilatérale se précise à l’est et au sud de la carte du monde.
Derrière le spin systématique du soft power imposé par un matraquage médiatique monopolisé par les EUA et ses plus proches alliés, comme la GB, se profile le fait totalement ignoré qu’Ukraine, armée par les puissances militaristes, à massé beaucoup plus que 100.000 soldats sur la frontière des Républiques sécessionnistes de Pridnestovlie et de Crimée – et ceci depuis bien plus longtemps que la concentration de forces de la Russie.
L’épreuve de force dont l’Ukraine est l’objet pourrait s’acheminer vers une partition de l’Ukraine de plus en plus partagé entre ses fractures internes et les contradictions internationales. Une fracture qui risque bien de s’étendre à l’UE de plus en plus éprouvée par le ballotage entre l’atlantisme militariste, autant qu’idéologique, et dépendance énergétique et économique par rapport à l’est de l’Euro-Asie.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s